LE BLOG EST ACTUELLEMENT EN RÉAMENAGEMENT, IL SERA DISPONIBLE À PARTIR DE septembre. VOIR ICI.

Lire rend heureux, comme ce blog

Bienvenue sur flyhigh, un blog sur l’écriture et la littérature, qui regroupe  des conseils mais aussi des présentations, des interviews exclusifs et des réflexions littéraires. J’y parle de livre et d’écriture, mais aussi de culture LGBT et de féminisme, de blog, d’édition. C’est un lieu d’entraide, un endroit chaleureux et rempli de connaissances.

 

 

 

 

 

TECHNIQUE D’ÉCRITURE  ༄  PRÉPARER  ༄  ÉCRITURE

MON EXPÉRIENCE DU SAISONNIER

PAR SARAH  ༄  15/08/2021

Le Saisonnier est un challenge d’écriture. Préparez crayon, papier et clavier, c’est parti ! Comme son nom l’indique, ce challenge est basé sur les saisons et aura donc lieu quatre fois dans l’année. Basé sur la plateforme de Skyrock, il offre de nouvelles possibilités. 

Le Saisonnier a été créé par le blog Le-Saisonnier, basé sur la plateforme de skyrock depuis des années. Leur objectif est de réunir des écrivains — souvent des blogueurs — afin de nous rassembler pour un événement spécial, comme à l’image du Nanowrimo. A l’exception près que le Saisonnier se démarque par ses propres spécificités.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il y a quatre saisonniers possibles : le saisonnier d’hiver, le saisonnier de printemps, le saisonnier d’été et le saisonnier d’automne.

Et pour chaque saisonnier :

  Une série de thèmes est proposée.
  Ces thèmes sont dispatchés en trois catégories : thèmes écrits, thèmes visuels et thèmes audios.
  Au total, le blog recense 63 thèmes dont on doit en choisir 21 — pas un de plus, pas un de moins.
  Le choix du format est personnel : essai, poésie, chanson, roman, nouvelle, etc.

Le lancement des thèmes se fait, à chaque fois, 6 mois avant la date de publication. Au contraire, les inscriptions ont lieu trois mois avant la date de publication. Mais j’ai écris un article pour te guider dans le saisonnier, si tu préfères.

Aujourd’hui, je vais aborder le sujet de mon tout premier saisonnier, qui n’est franchement pas une grande réussite…

Pourquoi le saisonnier quand il y a déjà le nanowrimo ? C’est une question qui se pose. La caractéristique du saisonnier, c’est qu’elle offre une ligne directrice dans la rédaction de notre roman. À l’inverse du nanowrimo ou nous devons écrire un maximum de mot pour atteindre un palier, le saisonnier nous impose des thèmes qu’on est obligé de respecter.

POURQUOI LE SAISONNIER ?

Tout simplement parce que ça change. Le saisonnier offre un vent de nouveauté, et permet de s’imposer de nouvelles limites et donc, par logique, de nouveaux objectifs.

C’est aussi très original et je dois dire que l’idée est bien trouvée. Le deuxième bon point, ce sont les thèmes créer en fonction des saisons. Les titres sont originaux, les audios aussi, ainsi que les visuels. Tout y est pour nourrir l’inspiration.

 C’est ma première année ou je teste le Saisonnier, mais très curieuse, je suis allé jeter un œil à ceux des autres années. Et à chaque fois, les thèmes sont toujours plus inspirants les uns que les autres. Ils laissent une grande ouverture en mêlant des thèmes de tous genres, que ce soit visuel, cognitif, etc.

Et surtout — même si ce n’est pas dit clairement — le saisonnier est un bon prétexte pour parler de sujets méconnus dans la littérature comme le féminisme, par exemple (bon j’avoue, il y en a déjà beaucoup !).

MON SAISONNIER D’HIVER

Comme vous l’aurez compris dans le titre, je m’attaque à celui d’hiver. C’est-à-dire que je dois tout de suite commencer la rédaction pour ensuite le publier du 01 au 21 décembre. C’est un pari risqué parce que le mois prochain, en novembre, il y aura le nanowrimo. Je me charge de travail, mais c’est le challenge qui me motive.

J’aime quand il faut aller vite, qu’il faut tenter quelque chose sur le long terme. J’ai besoin de deadline, qu’on me rappelle que je n’ai pas trois mois pour écrire tel ou tel texte. Comme l’année dernière pour le nanowrimo, j’avais ressenti une immense fierté d’être parvenue à aller au-delà des 50 000 mots, et surtout, mon tout premier bébé est né : La Colombe Déchue, qui paraîtra très bientôt à Homoromance Éditions. Autant dire que c’est lorsque je suis en challenge que j’écris le mieux.

Pour le Saisonnier, même si la timeline est moins dure, et que nos dates de publications importent peu du fait que nombreux publient plus tard, j’aimerais me tenir aux deadlines que je me suis imposé :

  Mois d’octobre : rédaction des dix premiers chapitres avant fin octobre.
  Fin octobre : préparation du Nanowrimo
  Novembre : Nanowrimo
  Début décembre : derniers jours de finalisation.

Étant donné qu’il y a 21 thèmes dont un sera publié par jour, je me laisse les quatre premiers jours de décembre pour terminer les chapitres incomplets et mettre un terme au Saisonnier.

Pour moi, c’est comme un projet. Il n’est pas aussi grand que le Nanowrimo, mais le fait que les thèmes soient déjà préparés m’offre une longueur d’avance inestimable. D’autant plus que les thèmes sont incroyables pour cette année – recherchés et étudiés. Qu’ils soient sur le thème de l’hiver est un gros plus ! Comme c’est la première année ou je m’y essaie, j’ai un peu d’appréhension. Notamment celle de ne pas venir à bout du challenge.

Pour le Nanowrimo, nous avons un site dans lequel nos statistiques peuvent être stockées, ainsi on a une vision globale de notre avancée et une preuve concrète de ce que l’on fait. Là, le projet se passe sur Skyrock et suppose donc moins d’observation. Hormis les lecteurs, personne ne verra que ce challenge a été joué. Cependant, ce n’est pas du tout un défaut pour moi, car, bien au contraire, cela permet de prévenir les gens et de leur proposer d’y participer aussi.

C’est aussi pour moi l’occasion de parler de ce sujet que j’ai longtemps ignoré avant de totalement me plonger dedans. Le féminisme : pourquoi ? Pour quelles raisons ? Et surtout, qu’est-ce qui m’a fait changer d’avis ?

MON THÈME D’ÉCRITURE : LE FÉMINISME

« Comme disait Coco Chanel, ne débarrasse pas la table,
à moins que ton compagnon ne se lève pour le faire aussi. »

A l’origine, je ne savais même pas ce qu’était vraiment le féminisme. Je voyais des femmes nues dans les rues qui protestaient à coups de hurlements et de panneaux levés, à la télévision. Mais ça s’arrêtait là. En grandissant, les objectifs du mouvement s’est peu à peu affirmés, et j’ai commencé à comprendre la portée que pouvait avoir ce mouvement si toutes les femmes s’y mettaient. Évidemment, nous ne sortirons pas toutes déshabillées pour proclamer notre liberté. Loin de là, je serais d’ailleurs la première à ne pas le faire. Mais je pense que, d’une certaine façon, on se bat pour cette cause, chacune à notre manière. Personnellement, ce sera à travers l’écriture. Au-delà de mes personnages féminins qui sont, pour la plupart, des femmes désireuses d’aller loin et haut, sûres d’elles et aussi affirmées que peut l’être un homme, j’aimerais aller plus loin et poser le sujet sur la table. Là, comme ça, et dire : alors, quoi ? Ça ne convient pas que je pose mes seins là comme tu le fais avec tes couilles ? Qu’est-ce-qui nous différencie, toi et moi ? Rien. Absolument rien.

Évidemment, le changement en moi ne s’est pas fait en un clin d’œil. Je ne me suis pas levé un matin en me disant : je suis féministe, c’est bon ! D’ailleurs, je ne me proclame pas entièrement féministe. A mon gout, je ne suis pas encore entièrement dévouée à la cause pour prétendre faire partie de la communauté. Mais ce n’est pas grave, car ce n’est pas un devoir, ni un poids. C’est une envie avant tout. Et je ferais de mes personnages les piliers de cette cause, de sorte à ce qu’ils deviennent des modèles pour ceux et celles qui le souhaiteront.

A condition que vous ne soyez pas homophobes ! Il serait bon de vous prévenir : je suis autrice LGBT, donc mes personnages, pour la plupart, sont des femmes. Je sais ce que vous vous dites… ça commence déjà, que des femmes !

MEMORIA

J’ai profité de la merveilleuse occasion que m’offrait le Saisonnier pour remettre au goût du jour une vieille fiction qui trainait dans mon grenier livresque. Aux premiers abords, ça ne devait être qu’une fiction sans prétention mais sérieuse qui parlait de deux sujets distincts : les enfants oppressés par leur famille et le combat d’une mère qui a perdu son enfant. Le contexte était que la protagoniste, alors âgée de dix-sept ans, était volontairement tombée enceinte pour prouver à sa mère que celle-ci ne dirigerait pas sa vie éternellement. Malheureusement, coup du destin : elle perd ses deux jumeaux alors qu’elle était à peine enceinte de quelques mois. On la retrouve plus tard, loin de l’idéal qu’elle espérait : elle est devenue employée dans une petite entreprise comme l’avait prévue sa mère, et ne fait que ce que la plus âgée lui ordonne.

Voilà. En soit, le scénario ne cassait pas deux pattes à un canard. Mais j’aimais bien l’idée de la mère et de son enfant. Je ne sais pas pourquoi, mais là encore, la relation mère/bébé est un sujet qui m’intrigue et sur lequel j’adore écrire, même si je n’ai pas encore eu la prétention de tester. Pourtant, vous l’aurez compris, cela restera un sujet – même petit – qui formera la complétude de mon livre.

En préparant le Saisonnier, je me suis basée sur deux lignes directrices : le féminisme, en premier lieu. Et en second lieu, la protagoniste ne devait pas rester un personnage-type baigné dans la douleur et la souffrance sans jamais pouvoir vraiment guérir. Là, je veux que ce soit réaliste, mais je veux aussi pouvoir garder suffisamment de liberté afin d’être capable de faire évoluer mon personnage au maximum.

Dans la nouvelle version, fraîchement nommée Give me only one Night (Donne-moi seulement une nuit pour les non-english tels que moi) ((UPDATE 2022 : ça a encore changé) la protagoniste – Zoey – est prise entre deux étaux violents, poussé par un paternel violent, misogyne et phallocentrique et une maternelle disparue depuis longtemps. Sans vouloir vous spoilez ces « deux étaux violents », on retrouve une protagoniste fragile et fébrile qui passe une nuit salvatrice avec Natacha, une élève de sa classe sur qui elle a des vues. Après cette nuit, Zoey disparaît soudainement et Natacha se sent abandonnée. Cependant, elles se retrouvent quelques années plus tard, et totalement différentes… Le point central de cette fiction sera leur relation, mais aussi l’entreprise dans laquelle elles se retrouveront : Feminist&Co. Celle-ci, malgré mes faibles connaissances, rencontrera – je l’espère, un succès certain. Je n’ai pas préparé la fiction au-delà des premiers chapitres et je compte, comme toujours, me laisser porter par l’imagination et les idées.

ET ENSUITE ?

Cette année 2020 est particulièrement difficile d’un point de vue personnel. Je me sens fatiguée et le mois d’avant, je n’ai pas su atteindre les objectifs du Nanowrimo. Je l’avais complètement mis de côté, un peu par hasard, afin de me concentrer sur le Saisonnier. J’en avais écris une grande majorité sauf que… Sans surprise, je ne l’ai pas réussi non plus ! 

C’est un échec, il faut l’assumer. J’ai terminé 2020 sans avoir terminé ni le Nanowrimo, ni le Saisonnier. Mes réussites littéraires ne sont vraiment pas bonnes, et je vous avoue que ça m’a beaucoup démoralisé. Mais à côté de ça, mon manuscrit de La Colombe Déchue à été accepté par Homoromance Éditions, donc ça m’a reboosté ! Finalement, j’ai terminé la rédaction de mon Saisonnier le 11 février 2021. Autant dire longtemps après ! 

CE QUE J’EN RETIENS

Que je dois arrêter de me mettre la pression

Ça ne sert qu’à accumuler mon anxiété et ce n’est bon ni pour mon mental, ni pour mon physique. En plus de ça, ça peut provoquer une grosse page blanche puisque sous la pression, on a plus l’impression que ce que l’on écrit est mauvais, ne vaut pas le niveau des autres ou n’a tout simplement aucun intérêt. Le mieux est d’arrêter quand on se sent submergé et de prendre une pause.

Que je dois me préparer

On pense souvent que le feeling fonctionne en écriture, mais pas toujours et pas pour tout le monde. Personnellement, il me faut une grosse préparation et de l’organisation pour être préparer. 

Que je dois prendre plaisir

Sans trop savoir pourquoi, je me suis mise une pression incroyable sur  ce challenge parce que je m’étais mise en tête de m’en servir pour écrire le premier jet du prochain roman que je proposerais à Homoromance Éditions, parce que j’ai vraiment envie d’être autrice et il faut donc que je propose régulièrement des oeuvres pour alimenter mon profil d’autrice.

Comme vous l’aurez compris, le Saisonnier peut se montrer assez difficile sans préparation, ni organisation. Ces deux choses peuvent largement faire la différence, et ce sera mon objectif pour 2021. Je proposerais d’ailleurs un article très prochainement pour ma prochaine session.

Comme mon blog n’est pas très connu et que j’ai peu de notoriété dans la blogosphère, je ne peux pas vous proposez de tous y participer pour qu’ensuite, on prévoit de se concurrencer entre nous jusqu’à gagner des vainqueurs. Mais je vais me glisser dans les coulisses du Saisonnier et tenter de dénicher quelques interviews si possible et vous proposer un article qui explique de quoi il s’agit mais plus en profondeur (évidemment, il existe leur blog mais peut-être qu’un autre point de vue peut vous intéresser).

J’espère que cet article vous aura plu et intéressé. Si vous souhaitez, vous aussi participer au Saisonnier, peu importe la saison, rendez-vous sur Le-Saisonnier. Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas non plus ! J’espère lire vos retours prochainement et à bientôt pour un nouvel article !

COMMENTAIRES

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le guide du Saisonnier - […] Le Saisonnier a été créé par le blog Le-Saisonnier , basé sur la plateforme de Skyrock depuis des années.…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SARAH

Véritable couteau-suisse qui alterne entre de multiples activités, j’ai créer ce blog afin de partager mes découvertes, mes recherches et mes projets. J’espère également faire de belles rencontres 🌻

EN SAVOIR PLUS >>

Abonne toi pour plus d'articles ! Reçois régulièrement la newsletter de flyhigh, c'est-à-dire: des extraits de textes, des exclusivités, etc !

PROJET D’ÉCRITURE : MEMORIES OF WOMEN
2022 — / EN COURS DE 🛠️

PROJET D’ÉCRITURE : THE LIFELESS
2022 — FIN PRÉVUE INCONNUEEN COURS DE 🛠️

nanowrimo planner
imprimable & digital / EN COURS DE 🛠️

PENSER, CONCEVOIR & CRÉER UN BLOG
LITTÉRATURE — EN COURS DE 🛠️

le monde de l’édition
guide géantEN COURS DE 🛠️

C’est ta première visite et tu te sens légèrement perdu ? Pas de soucis, car je t’ai confectionné une carte digne de ce nom pour t’aider à te repérer. Alors suis-moi, clique sur le logo ci-dessous !

La lecture agrandit l’âme,
et un ami éclairé la console.”
— DE VICTOR HUGO

J’aurais dû prier pour ne jamais naître. Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait. Moi, j’ai su que j’avais tiré ma mauvaise carte quand mes parents se sont effondrés sous mes yeux en m’abandonnant. La fin du jeu est marquée au sang sur mon front, un mauvais « game over » lourd à porter. Je suis devenue un animal dépourvu de pattes et je sais que je perdrai à ce jeu qu’est la vie.