LE BLOG EST ACTUELLEMENT EN RÉAMENAGEMENT, IL SERA DISPONIBLE À PARTIR DE septembre. VOIR ICI.

Lire rend heureux, comme ce blog

Bienvenue sur flyhigh, un blog sur l’écriture et la littérature, qui regroupe  des conseils mais aussi des présentations, des interviews exclusifs et des réflexions littéraires. J’y parle de livre et d’écriture, mais aussi de culture LGBT et de féminisme, de blog, d’édition. C’est un lieu d’entraide, un endroit chaleureux et rempli de connaissances.

 

 

 

 

 

TECHNIQUE D’ÉCRITURE  ༄  PRÉPARER  ༄  ÉCRITURE

l’édition à compte d’éditeur et à compte d’auteur

PAR SARAH  ༄  24/08/2021

Aujourd’hui, on aborde un sujet important. Je dirais même très important et essentiel à savoir. Et il s’adresse directement aux auteurs. Tu souhaites faire publier ton œuvre et cherche une maison d’édition : d’accord. Bien, mais quelle maison d’édition ? Parce que oui, il existe deux types, et c’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

L’ÉDITION À COMPTE D’AUTEUR

L’édition à compte d’auteur est le type le plus houleux, si je peux me permettre. Pas seulement dans sa réalité, mais aussi dans sa dimension. En vérité, beaucoup de personnes la trouve problématique, et on comprend pourquoi :

L’édition à compte d’auteur se caractérise par une édition des ouvrages d’un auteur par un éditeur mais c’est à l’auteur de payer les frais d’impression et de publicité de son livre. L’éditeur, lui, assure uniquement la partie technique de l’édition et de la diffusion. Mais à contrario du à compte d’éditeur, ici, l’auteur garde entièrement les droits d’auteur de ses ouvrages et contrôle en plus le nombre de livres édités. L’objectif de l’édition à compte d’auteur, c’est souvent pour la maison d’édition, un moyen de ne pas prendre de risque éditorial.

L’ÉDITION À COMPTE D’ÉDITEUR

Comme tu l’as compris, le premier type est à compte d’auteur. Ce type d’édition propose à l’auteur une édition de ses ouvrages par un éditeur qui assure toutes les étapes éditoriales : de la correction à la diffusion. Et dans ce cas-là d’édition, le livre est souvent choisi par un comité de lecture. C’est aussi dans ce contexte que l’auteur a le droit à une rémunération, un droit d’auteur, pour une période déterminée, et cela à défaut d’échange d’engagements clairs.

LEQUEL CHOISIR ?

J’aurais tendance à te répondre : naturellement, il faut choisir l’édition à compte d’éditeur. Mais le choix dépend de chacun. A mon avis, qu’une maison d’édition (à compte d’auteur) ne veuille pas prendre de risque éditorial est quand même un euphémisme : leur travail est de publier et diffuser un livre, de le concevoir et de le mettre au monde. Alors pourquoi se contenter uniquement de la diffusion ? En plus, cela signifie qu’ils gagnent l’attention adressée à l’écrivain sans presque n’avoir rien fait. Alors que si l’on est édité à compte d’éditeur, nous accompagnons l’éditeur dans son travail mais on ne paye rien.

Mais là encore, le choix dépend de chacun. Personnellement, je suis publiée à Homoromance Editions, qui est une maison d’édition à compte d’éditeur. Ce qui signifie que je n’ai absolument rien déboursé si ce n’est mon temps et mon attention. Ils ont pris en charge la correction, la relecture, la couverture, la publication, la promotion et la diffusion. Tout simplement.

Il y a quelques années, j’ai envoyé mon manuscrit à une maison d’édition sans savoir qu’elle était à compte d’auteur. Quand j’ai reçu une réponse positive, j’ai été surprise mais très heureuse. J’ai reçu une plaquette de leur entreprise par courrier, mais un problème s’est imposé à moi : déjà, il n’y avait pas d’avis venant d’un comité. Donc je me suis demandé s’il avait au moins lu mon ouvrage. Parce que si on est accepté, c’est que cela leur a plu, non ? Il aurait dû y avoir au moins un avis. Mais il n’y en avait pas. Et avec cette plaquette se trouvait un contrat qui stipulait clairement la somme que j’allais devoir débourser : cela dépassait les mille euros.

Vous imaginez, vous ? L’écrivain écrit un livre entier, et doit payer pour sa publication sans être sûr de sa réussite. Pour moi, c’était un trop gros risque et, surtout, je n’avais pas les moyens.

CE QU’EN PENSE LES AUTRES

Il serait futile et inutile de terminer cet article sur un seul avis personnel. J’ai donc interrogé d’autres auteurs pour voir ce qu’ils en pensaient. Et on en a conclu que le choix final dépend entièrement de l’auteur et après de longues recherches sur la maison d’édition en question. L’objectif est de lister les avantages et les inconvénients que cela apporte, car certaines maisons d’édition peuvent laisser la « main » sur certaines étapes de la conception du livre comme l’impression, par exemple. Ça peut être un gros point positif, si on le souhaite et si on en a les moyens.

Donc, finalement, l’édition à compte d’auteur n’a pas uniquement que des défauts et apporte son lot d’avantages. C’est bien pour cela que ça existe ! Il faut simplement se poser la question et prendre le temps de trouver la bonne maison d’édition au profit d’un bon travail par la suite.

C’est la fin de cet article qui, je l’espère, vous plaira. À bientôt pour un prochain article !

COMMENTAIRES

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SARAH

Véritable couteau-suisse qui alterne entre de multiples activités, j’ai créer ce blog afin de partager mes découvertes, mes recherches et mes projets. J’espère également faire de belles rencontres 🌻

EN SAVOIR PLUS >>

Abonne toi pour plus d'articles ! Reçois régulièrement la newsletter de flyhigh, c'est-à-dire: des extraits de textes, des exclusivités, etc !

PROJET D’ÉCRITURE : MEMORIES OF WOMEN
2022 — / EN COURS DE 🛠️

PROJET D’ÉCRITURE : THE LIFELESS
2022 — FIN PRÉVUE INCONNUEEN COURS DE 🛠️

nanowrimo planner
imprimable & digital / EN COURS DE 🛠️

PENSER, CONCEVOIR & CRÉER UN BLOG
LITTÉRATURE — EN COURS DE 🛠️

le monde de l’édition
guide géantEN COURS DE 🛠️

C’est ta première visite et tu te sens légèrement perdu ? Pas de soucis, car je t’ai confectionné une carte digne de ce nom pour t’aider à te repérer. Alors suis-moi, clique sur le logo ci-dessous !

La lecture agrandit l’âme,
et un ami éclairé la console.”
— DE VICTOR HUGO

J’aurais dû prier pour ne jamais naître. Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait. Moi, j’ai su que j’avais tiré ma mauvaise carte quand mes parents se sont effondrés sous mes yeux en m’abandonnant. La fin du jeu est marquée au sang sur mon front, un mauvais « game over » lourd à porter. Je suis devenue un animal dépourvu de pattes et je sais que je perdrai à ce jeu qu’est la vie.