LE BLOG EST ACTUELLEMENT EN RÉAMENAGEMENT, IL SERA DISPONIBLE À PARTIR DE septembre. VOIR ICI.

Lire rend heureux, comme ce blog

Bienvenue sur flyhigh, un blog sur l’écriture et la littérature, qui regroupe  des conseils mais aussi des présentations, des interviews exclusifs et des réflexions littéraires. J’y parle de livre et d’écriture, mais aussi de culture LGBT et de féminisme, de blog, d’édition. C’est un lieu d’entraide, un endroit chaleureux et rempli de connaissances.

 

 

 

 

 

TECHNIQUE D’ÉCRITURE  ༄  PRÉPARER  ༄  ÉCRITURE

L’ORGANISATION FONTAINE O LIVRES

PAR SARAH  ༄  05 OCT 2021

L’organisation Fontaine O Livres est une association créée en 1996 par des chefs d’entreprise du quartier de Belleville à Paris. C’est également – et surtout – un pôle économique qui soutient les acteurs indépendants de l’édition et de l’écrit. Puis en 2005, l’idée de l’organisation évolue et se modifie : de là naît un tout nouvel objectif, celui de fédérer autour d’une dynamique collective.

C’EST-À-DIRE ?

C’est-à-dire qu’en 2005, les fondateurs de Fontaine O Livres prennent une décision importante. En effet, ils font le choix de repositionner l’association autour d’un objet plus spécifique « alors que le tissu généraliste de l’aide à l’entreprenariat est déjà bien structuré ». Yann Chapin, le directeur de la structure, nous explique qu’un diagnostic sur les 10e et 11e arrondissements de Paris à permis de se rendre compte d’une chose : que le livre à été choisi, observant alors une étonnante dynamique dans le domaine, accompagnant à cela des éditeurs, des libraires, des auteurs et des créateurs.

C’est ainsi que la structure devient l’association Fontaine O Livres.

QUE FAIT-ON LÀ-BAS ?

À l’association Fontaine O Livres, plusieurs missions sont abordées comme des objectifs. Leurs activités ont lieu au sein d’un service de développement d’entreprises, des indépendants et des acteurs associatifs. Leurs missions sont nombreuses et vont de l’hébergement en pépinière et coworking, de l’organisme de formation professionnelle, de l’accompagnement au réseau d’entreprises et d’acteurs.

Comme vous l’avez compris, l’association Fontaine O Livres se présente comme un accompagnateur à l’écoute et accueillant pour tous les indépendants de l’univers de la littérature. Là-bas se composent de personnalités aux compétences complémentaires, issus eux-même de l’entreprenariat et de l’édition. Ainsi, ils installent une homogénéité certaine dans le travail, rassurant le client et mettant en avant leurs qualités.

POURQUOI EXISTENT-ILS ?

C’est une question intéressante, parce que des associations, il en existe beaucoup. Mais peu pour l’entrepreunariat et presque pas pour l’édition. C’est fou, non ? Les livres sont de plus en plus mis de côté au profit des formats virtuels, de ce fait, les libraires ont bien du mal à remonter la pente. Et l’édition n’a plus autant la même estime qu’à l’époque. Maintenant, ce qui marche vraiment, ce sont les jeux-vidéos, les vidéos youtube, les influenceurs… Mais pas la littérature, ou du moins pas celle d’aujourd’hui. C’est pour cela que l’association Fontaine O Livres existe. En existant, elle permet de mettre une réalité sur l’édition et l’entreprenariat et met également une évidence sur cette existence. Ils apportent de l’aide, par leur expérience, et accompagnent les clients vers la réussite.

Globalement, ils proposent :

⊞  Des services pour tous les métiers du livre
⊞  Une diversité des métiers et de statuts
⊞  Proposent un lieu de travail, des services mutualisés
⊞  De rompre l’isolement
⊞  Des formations ciblées
⊞  Un accompagnement des porteurs de projet
⊞  Soutenir des professionnels exposés à la précarité
⊞  Contribuer à la « bibliodiversité »

L’EFFICACITÉ DE L’ASSOCIATION

Yann Chapin, le directeur de l’association, explique que leur réseau ne regroupe pas seulement des petites maisons d’éditions, mais aussi des indépendants tels que des artistes-auteurs, des illustrateurs, des graphistes, des traducteurs et bien d’autres. Il ajoute ensuite :

Les adhérents aiment cette diversité : ils viennent chercher quelque chose d’assez décloisonné. Au début on avait aussi quelques libraires mais elles s’inscrivent dans une réalité économique bien spécifique et sont déjà très structurées. Ils sont en revanche pour nous des partenaires naturels.

Ce qu’il dit, c’est que leurs clients cherchent surtout un endroit où avoir confiance et où ils seront sûrs que leurs attentes seront prises en compte. Chaque indépendant recherche l’attention qu’ils ne trouvent pas forcément ailleurs, et c’est bien la l’efficacité de l’association. Celle-ci cherche à soutenir des professionnels qui sont le plus généralement exposés à la précarité, ainsi, d’une certaine façon, ils contribuent à ce qu’on appelle la « bibliodiversité ». Et comme l’a déjà dit Yann Chapin, ce ne sont pas uniquement des clients, mais surtout des artistes qui ont choisi des métiers-passion et qui sont de vrais choix de vie.

Et surtout, ils proposent un lieu de travail et des services qui permettent de rompre l’isolement, parce que c’est le premier ennemi des indépendants.

« Le modèle de l’édition, c’est de développer un catalogue, de passer au moins le cap de la centaine d’ouvrages, puis de tenter de durer, avec l’espoir que quelques succès permettent de passer les caps économiques »

En effet, l’objectif, c’est d’aller au plus loin dans son projet et de ne pas se voir tout perdre après avoir mis autant d’efforts. L’association à pour choix de venir aider sur ce point, pour venir aider les indépendants – et les autres – à développer un catalogue, de durer dans le temps et tenter de gagner quelques succès pour passer le cap économique.

CONCLUSION

Finalement, cette association est venue en aide à beaucoup de personnes, à tel point qu’aujourd’hui, elle est reconnue pour ses bons résultats. Preuve sur la table : en 2013, elle est lauréate d’un appel à projet et grâce à l’appui de France Active, elle réhabilite et ouvre un second espace en plus du leur pour héberger de nouvelles structures et des personnes supplémentaires. Ainsi, aujourd’hui, leur réseau professionnel, c’est :

⊞  70 adhérents qui représentent 13,5 M€ de chiffres d’affaires cumulés
⊞  130 emplois directs
⊞  300 emplois indirects
⊞  Un poids économique non négligeable (c’est sûr !)
⊞  Un poids symbolique
⊞  Une production culturelle très importante
⊞  Et une diversité éditoriale

Je souhaitais terminé cet article avec un ou deux interviews adressés à des organismes en lien avec l’organisation Fontaine O Livres : malheureusement, je n’ai reçu aucune réponse, donc il faudra se contenter de ça, j’en suis désolé. J’espère que cet article t’aidera quand même à découvrir quelque chose que tu ignorais, et t’attend en commentaires !

COMMENTAIRES

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SARAH

Véritable couteau-suisse qui alterne entre de multiples activités, j’ai créer ce blog afin de partager mes découvertes, mes recherches et mes projets. J’espère également faire de belles rencontres 🌻

EN SAVOIR PLUS >>

Abonne toi pour plus d'articles ! Reçois régulièrement la newsletter de flyhigh, c'est-à-dire: des extraits de textes, des exclusivités, etc !

PROJET D’ÉCRITURE : MEMORIES OF WOMEN
2022 — / EN COURS DE 🛠️

PROJET D’ÉCRITURE : THE LIFELESS
2022 — FIN PRÉVUE INCONNUEEN COURS DE 🛠️

nanowrimo planner
imprimable & digital / EN COURS DE 🛠️

PENSER, CONCEVOIR & CRÉER UN BLOG
LITTÉRATURE — EN COURS DE 🛠️

le monde de l’édition
guide géantEN COURS DE 🛠️

C’est ta première visite et tu te sens légèrement perdu ? Pas de soucis, car je t’ai confectionné une carte digne de ce nom pour t’aider à te repérer. Alors suis-moi, clique sur le logo ci-dessous !

La lecture agrandit l’âme,
et un ami éclairé la console.”
— DE VICTOR HUGO

J’aurais dû prier pour ne jamais naître. Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait. Moi, j’ai su que j’avais tiré ma mauvaise carte quand mes parents se sont effondrés sous mes yeux en m’abandonnant. La fin du jeu est marquée au sang sur mon front, un mauvais « game over » lourd à porter. Je suis devenue un animal dépourvu de pattes et je sais que je perdrai à ce jeu qu’est la vie.