LE BLOG EST ACTUELLEMENT EN RÉAMENAGEMENT, IL SERA DISPONIBLE À PARTIR DE septembre. VOIR ICI.

Lire rend heureux, comme ce blog

Bienvenue sur flyhigh, un blog sur l’écriture et la littérature, qui regroupe  des conseils mais aussi des présentations, des interviews exclusifs et des réflexions littéraires. J’y parle de livre et d’écriture, mais aussi de culture LGBT et de féminisme, de blog, d’édition. C’est un lieu d’entraide, un endroit chaleureux et rempli de connaissances.

 

 

 

 

 

TECHNIQUE D’ÉCRITURE  ༄  PRÉPARER  ༄  ÉCRITURE

IMAGINER ET CONCEVOIR UN PERSONNAGE

PAR SARAH  ༄  10 OCT 2021

La description d’un personnage demande autant de préparation que pour un roman ou un paysage. Quand on sait y faire, l’étape se fait relativement vite. Mais parfois, on ne sait pas par ou commencer ! De nos jours – souvent dans la littérature contemporaine française, les lecteurs apprécient des descriptions de personnages réalistes et complexes, avec une histoire derrière. Ils aiment quand ça fait vrai, mais attention à ne pas tomber dans quelque chose d’alourdissant.

Dans l’article d’aujourd’hui, je vais te donner des conseils et des astuces afin de créer un bon personnage.

⊕ Lire aussi L’IMPORTANCE DU PERSONNAGE DANS UN RÉCIT

COMPRENDRE LE PERSONNAGE

Avant de se précipiter sur sa feuille et de lancer des détails à tout va, il faut te questionner. Est-ce que tu comprends réellement l’importance de la description de votre personnage ? Si je te demande ça, c’est parce que nous sommes nombreux à avoir été ce genre de personne qui écrit « elle était petite, le visage pâle et les yeux bleus ». Il faut être honnête, ce genre de description est limité et ne donne pas envie de lire la suite. C’est pour cela qu’il faut se poser les bonnes questions et savoir, à l’avance, ce que tu veux réellement montrer de ton personnage.

Un petit rappel de ce que possède un personnage de roman :

Un personnage de roman a un physique, un caractère, une origine sociale, une activité, une famille, des amis… Par ses intentions et ses motivations, il fait progresser l’action. Sa personnalité se construit donc au long de l’intrigue. Son destin évolue au fil de l’histoire, des événements et des péripéties imaginés par l’auteur.

Tu l’auras compris, il faut passer d’abord par une analyse précise de ce que vous souhaitez avant d’élaborer une description rédactionnelle. Vous n’êtes pas sûr de savoir comment faire ? C’est très simple ! Afin de bien imaginer votre personnage, il faut :

⊞  Se l’imaginer dans ton esprit le plus précisément possible
⊞  Lui donner une identité (un nom, un prénom, un âge, etc.)
⊞  Etablir une fiche personnage pour n’oublier aucun détails, en ajouter, en enlever ou modifier
⊞  S’inspirer de ce que tu connais ou…
⊞  … Au contraire, sois imaginatif et original.

Mais ne sois pas trop dans les détails ou le réalisme ! En fait, cela dépend de ton choix narratif. Si tu souhaites quelque chose de réaliste et de profond, alors fonce, mais fait le bien. Si tu es dans ce cas, il faut faire vrai. Pour cela, la meilleure méthode est de faire appel à toutes les ressources françaises que t’offre la langue : les expansions du nom, épithètes, compléments du nom, propositions subordonnées relatives, les appositions et les attributs du sujet ; un vocabulaire précis ; des figures de style comme la comparaison et la métaphore ; des constructions de phrases variées.

D’ailleurs, la description du personnage peut ne pas être forcément méliorative (c’est-à-dire positive ou neutre). Elle peut parfaitement apparaître péjorative si c’est ton choix. La finalité du travail repose entièrement sur les efforts que tu auras mis à la description, de sorte à avoir un personnage vrai, presque réel, que l’on visualise bien et qui n’est pas un cliché ambulant.

QUAND DÉCRIRE UN PERSONNAGE ?

À n’importe quel moment mais surtout pas dès les premières lignes du récit…

Non, plus sérieusement, il faut abandonner les débuts de texte qui commencent par « je m’appelle Alix, je suis grande, blonde, les yeux bleus et je suis adorable avec mes lunettes rouges ». Cette époque est terminée et ça n’apporte rien. Bien au contraire, c’est ce genre d’exemple qui rebute le lecteur.

La description d’un personnage apparaît généralement par morceaux. C’est-à-dire qu’un personnage en voit un autre et le décrit parce qu’il a bougé, puis parce qu’il s’aperçoit de sa beauté, ce genre de choses.

Sinon, il existe deux cas de figure : la première est la situation indirecte, lorsque le personnage se voit (dans le miroir ou dans une vitrine par exemple). Il s’arrête et fait une sorte d’introspection ;

Le second cas de figure est la comparaison. Il arrive toujours un moment dans le récit ou le personnage en croise un autre, et duquel il se compare.Comme tu peux le voir dans ces deux exemples, l’objectif n’est pas de partir uniquement sur une description brute. Il faut jouer avec la situation et avec la trame narrative. Puis il faut s’adapter. 

Ta description trouvera sa place naturellement, et parfois elle te semblera plus appropriée à un endroit plutôt qu’un autre. Le tout n’est pas de se dire « la description sera là » mais plutôt de réfléchir « Par ici, je pense que c’est bien ». Si la position de ta description ne te semble pas convenable, tu peux faire appel à tes lecteurs ou à un correcteur.

DÉCRIRE MÉTHODIQUEMENT

Afin de t’aider dans la création de ta description (mais aussi de ton personnage), j’ai écumé tous les moindres sites qui regroupent des éléments de descriptions pour les rassembler, les trier et en faire des Cartes-Mémoires. Hé oui ! Je suis tellement incroyable (il faut se lancer des fleurs de temps en temps, c’est bon pour le moral !) que j’ai construit des fiches spécialement pour toi ! J’aime beaucoup le graphisme, donc j’ai essayé de faire plusieurs versions : simple, minimaliste à quelque chose de plus coloré. J’ai également construit une fiche personnage à remplir, sous forme de fiches là aussi, pour t’aider à vous réorganiser.

⊕ Télécharger les CARTES-MÉMOIRES

⊕ Télécharger la FICHE PERSONNAGE                   

L’UTILITÉ D’UNE DESCRIPTION

Je ne voulais pas conclure cet article aussi simplement, alors je me suis remué les méninges et me suis questionner. C’est vrai ça, pourquoi décrit-on nos personnages ? Pour quelles raisons ? Plutôt que de vous donner ma propre réponse, je suis allée questionner d’autres auteurs et autrices qui ont bien voulu partager leur réponse. 

Notre ex-autrice, Eden, nous répond :

Alors, je pense que la description d’un personnage dans un récit peut être intéressante si elle sert à quelque chose, si elle a un but précis. Avoir une énumération de caractéristiques qui ne sont pas pertinentes peut vite devenir lassant. Mais, à l’inverse, la description d’une caractéristique physique ou morale ayant un impact concret dans le récit, me semble plus intéressante à mettre en lumière !

Bloediamond nous répond :

Pour ma part, je trouve que ça peut toujours être un plus de mettre en avant l’un des personnages importants du livre. Non seulement parce que ça peut attiser la curiosité si quelqu’un qui passe sur ton récit se dit « oh tiens, ce personnage me ressemble ! », « oh j’aimerais bien voir comment va être ce personnage dans son univers ! » ;  mais en plus parce que ça apporte une « accroche » à ton récit. En priorité, ça vaut pour la personnalité des personnages mais selon les genres (fantastique par exemple) ça peut valoir pour le physique : s’il a telle ou telle particularité visible, peut-être que le lecteur souhaitera découvrir comment se conduit son entourage à ce propos, ou s’il y a quelque chose qui est provoqué par cette caractéristique.

EN CONCLUSION

Pour presque terminé cet article, voici une conclusion rapide de l’article pour t’aider à organiser les étapes :

⊞  Il faut comprendre et s’imaginer le personnage pour le rendre vivant.
⊞ Il faut le rendre réel avec des éléments spéciaux, des détails et du réalisme.
⊞  Pas de description en début de récit, ni en fin de roman. Généralement, elle se trouve dans les premières pages.
⊞  Il faut organiser sa description et noter ce qui ne doit pas être oublié.
⊞  Sortir de sa zone de confort : chercher de nouveaux termes, utiliser des procédés stylistiques (donc jouer avec la langue française).

Voilà, c’est déjà la fin de cet article ! J’ai beaucoup apprécié l’écrire puisqu’il m’a mis en lien direct autant avec des écrivains que des lecteurs. Après cela, nous avons d’ailleurs beaucoup départagé sur le sujet, j’ai trouvé ça particulièrement gratifiant.

Je vous laisse sur ça, en espérant que cet article t’a autant plu qu’il t’a aidé. Si ma façon d’expliquer ne te parait pas claire, ou si des détails t’échappent, n’hésite pas à me les poser dans les commentaires, j’y répondrais avec beaucoup de plaisir ! À bientôt pour un prochain article !

COMMENTAIRES

2 Commentaires

  1. Pitch

    J’aime beaucoup les ressources que tu proposes !

    Réponse
    • Sarah

      Merci beaucoup, profite-en, elles sont gratuites !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SARAH

Véritable couteau-suisse qui alterne entre de multiples activités, j’ai créer ce blog afin de partager mes découvertes, mes recherches et mes projets. J’espère également faire de belles rencontres 🌻

EN SAVOIR PLUS >>

Abonne toi pour plus d'articles ! Reçois régulièrement la newsletter de flyhigh, c'est-à-dire: des extraits de textes, des exclusivités, etc !

PROJET D’ÉCRITURE : MEMORIES OF WOMEN
2022 — / EN COURS DE 🛠️

PROJET D’ÉCRITURE : THE LIFELESS
2022 — FIN PRÉVUE INCONNUEEN COURS DE 🛠️

nanowrimo planner
imprimable & digital / EN COURS DE 🛠️

PENSER, CONCEVOIR & CRÉER UN BLOG
LITTÉRATURE — EN COURS DE 🛠️

le monde de l’édition
guide géantEN COURS DE 🛠️

C’est ta première visite et tu te sens légèrement perdu ? Pas de soucis, car je t’ai confectionné une carte digne de ce nom pour t’aider à te repérer. Alors suis-moi, clique sur le logo ci-dessous !

La lecture agrandit l’âme,
et un ami éclairé la console.”
— DE VICTOR HUGO

J’aurais dû prier pour ne jamais naître. Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait. Moi, j’ai su que j’avais tiré ma mauvaise carte quand mes parents se sont effondrés sous mes yeux en m’abandonnant. La fin du jeu est marquée au sang sur mon front, un mauvais « game over » lourd à porter. Je suis devenue un animal dépourvu de pattes et je sais que je perdrai à ce jeu qu’est la vie.