LE BLOG EST ACTUELLEMENT EN RÉAMENAGEMENT, IL SERA DISPONIBLE À PARTIR DE septembre. VOIR ICI.

Lire rend heureux, comme ce blog

Bienvenue sur flyhigh, un blog sur l’écriture et la littérature, qui regroupe  des conseils mais aussi des présentations, des interviews exclusifs et des réflexions littéraires. J’y parle de livre et d’écriture, mais aussi de culture LGBT et de féminisme, de blog, d’édition. C’est un lieu d’entraide, un endroit chaleureux et rempli de connaissances.

 

 

 

 

 

TECHNIQUE D’ÉCRITURE  ༄  PRÉPARER  ༄  ÉCRITURE

L’importance du personnage dans un récit

PAR SARAH  ༄  17 OCT 2021

Les personnages sont le plus généralement des éléments centraux d’un récit. Qu’il soit homme ou femme, il accompagne le lecteur dans sa lecture et aura pour objectif de faire ressentir des émotions. J’aime dire qu’il « doit vivre pour faire vivre ».

Issu par l’écrivain, le personnage ressent des émotions, traverse des épreuves, subit les répercussions de ses actes qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Ses caractéristiques, ses traits de personnalités et son comportement servent le rendre plus vivant aux yeux des lecteurs.

C’est le regard à travers lequel on suit et vit l’histoire.

⊕ Lire aussi LA DESCRIPTION PHYSIQUE D’UN PERSONNAGE

⊕ Lire aussi LA DESCRIPTION MORALE D’UN PERSONNAGE

LES TYPES DE PERSONNAGES

Avant de vraiment se questionner sur l’importance du personnage, il ne faut pas se contenter de dire « il y a un personnage dans ce récit qui… ». Bien au contraire : aujourd’hui, je vais entrer plus en détails et utiliser des termes spécifiques (alors sort ton carnet d’apprentissage !).

Dans un récit, il y a trois personnages qui n’ont ni la même importance, ni la même fonction.

Le personnage principal ou le protagoniste
C’est celui que l’on va le plus suivre, celui qui nous raconte son histoire. Le personnage principal à souvent un but à accomplir, un problème à résoudre. Les autres personnages gravitent autour de lui.

Le personnage secondaire
Celui-ci est très généralement peu développé, voire seulement cité. C’est le personnage que l’on utilise à des fins spéciales, mais pas pour en faire un personnage caractéristique. Ils sont plutôt là comme figurants.

Dans les personnages secondaires, on dit souvent qu’on retrouve les adjuvants (c’est-à-dire les alliés). Mais c’est une erreur. Un adjuvant n’est pas un personnage secondaire, il à sa place, son histoire et sa personnalité. Il n’est pas la juste pour « faire joli ».

L’opposant, l’adversaire ou l’antagoniste
C’est le personnage qui sert souvent d’ennemi, de « méchant » dans une histoire. Il peut aussi être un anti-héros.

L’IMPORTANCE DU PERSONNAGE

L’importance du personnage pourrait se mesurer aux effets de son absence. Sans lui, comment raconter des histoires, les résumer, les juger, en parler, s’en souvenir ?

Comme le dit Yves Reuter ici, dans « L’importance du personnage », un personnage est important à partir du moment ou l’on se questionne sur son absence. Imaginons : ton récit ne comporte pas de protagoniste. Dans ce cas, avec qui allons-nous suivre l’histoire ? Qui nous fera voir ce qu’il y à voir ? Une feuille de papier ? Un papillon ? Un kiwi, peut-être ? Bien sûr que non. On pourrait essayer, mais il faut avouer que ce serait particulièrement comique, n’est-ce-pas ? Actuellement, ce n’est pas notre but recherché. Nous avons besoin d’un personnage vrai, réel et qui soit caractéristique.

Donc, oui, le personnage dans un récit est très important. Par logique, le protagoniste sera plus important que l’adjuvant, celui-ci sera plus important que l’antagoniste qui sera lui-même plus important que le personnage secondaire.

LE PERSONNAGE EST UN MARQUEUR TYPOLOGIQUE

Il est possible que le personnage ne soit pas seulement important uniquement sur la base de son existence. Oui, il existe et oui, il est important quoiqu’il arrive. Mais il est bon de découvrir pourquoi il l’est, non ?

La première supposition, c’est que c’est un marqueur typologique. On entend par là que le personnage est un signe linguistique du récit qui se démarque et qui permet de voir quel est le genre narratif ou le genre d’un texte.

Tout simplement. Ça ne paie pas de mine, tu me diras, mais parfois il n’y a qu’une petite réponse à une grande question. Ici, c’est le cas. Le personnage ne peut exister que pour servir de marqueur typologique. Pour ceux qui se sentiraient un peu perdus avec les termes, voici deux explications :

⊞ La typologie est une démarche méthodique qui permet de définir ou tout simplement d’étudier un ensemble de type permettant une classification ensuite. Elle peut être utilisée sur le cinéma, sur l’épistémologie, la littérature, la médecine, etc…

⊞ La linguistique est ce qui à la langue pour objet. Donc, dans ce contexte, le personnage littérairement parlant est un objet de langue que l’on étudie linguistiquement. (j’ai galéré mes cours de linguistique alors apprécies !!)

MAIS AUSSI UN MARQUEUR TEXTUEL

Voilà une supposition qu’il me sera plus difficile de t’expliquer. Le personnage est un marqueur textuel, ou disons plutôt qu’il sert d’organisateur. Son existence au sein d’un récit va permettre une organisation structurale du récit en intégrant des unités de niveaux. On entend par « unités de niveaux » tout ce que l’on étudie à propos d’un personnage, c’est à dire orthographiquement, morphologiquement jusqu’à linguistiquement.

Pour le dire plus simplement, le personnage sera celui qui permettra d’articuler les grands parties du texte en indiquant des transitions, l’ordre et la progression des idées. Il établit des liens, plutôt explicites en général, entre différentes parties (cela peut être des scènes ou des événements) et organise le tout.

Le personnage peut également être un lieu d’investissement au sein d’un texte. Seulement, c’est une étude que je n’ai moi-même pas comprise et ne prendrais donc pas le risque de vous en parler sans être sûre de mes explications. Je vais m’y attarder, en privé, et tenterait de comprendre afin de revenir vers vous.

Dans tous les cas, il n’est pas important ou urgent de le savoir, puisque la conclusion de l’importance du personnage est telle que :

⊞ Les enjeux sont possibles seulement si le personnage en subit les conséquences
⊞  C’est à travers le personnage que la majorité des lecteurs vivent l’aventure
⊞  Structurellement parlant, le personnage est primordial pour la construction du récit
⊞  Le personnage donne de la vie au récit

Sache que l’importance d’un personnage dépend aussi de l’auteur, de comment il décide de le mettre en avant. L’objectif est de faire en sorte qu’il soit utile au récit.

Voilà, n’hésite pas à me dire quelle est l’importance d’un personnage pour vous, en espérant que cet article vous plaira et vous aidera à axer vos recherches et vos travaux. Sur ce, je vous dis à la prochaine fois !

COMMENTAIRES

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SARAH

Véritable couteau-suisse qui alterne entre de multiples activités, j’ai créer ce blog afin de partager mes découvertes, mes recherches et mes projets. J’espère également faire de belles rencontres 🌻

EN SAVOIR PLUS >>

Abonne toi pour plus d'articles ! Reçois régulièrement la newsletter de flyhigh, c'est-à-dire: des extraits de textes, des exclusivités, etc !

PROJET D’ÉCRITURE : MEMORIES OF WOMEN
2022 — / EN COURS DE 🛠️

PROJET D’ÉCRITURE : THE LIFELESS
2022 — FIN PRÉVUE INCONNUEEN COURS DE 🛠️

nanowrimo planner
imprimable & digital / EN COURS DE 🛠️

PENSER, CONCEVOIR & CRÉER UN BLOG
LITTÉRATURE — EN COURS DE 🛠️

le monde de l’édition
guide géantEN COURS DE 🛠️

C’est ta première visite et tu te sens légèrement perdu ? Pas de soucis, car je t’ai confectionné une carte digne de ce nom pour t’aider à te repérer. Alors suis-moi, clique sur le logo ci-dessous !

La lecture agrandit l’âme,
et un ami éclairé la console.”
— DE VICTOR HUGO

J’aurais dû prier pour ne jamais naître. Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait. Moi, j’ai su que j’avais tiré ma mauvaise carte quand mes parents se sont effondrés sous mes yeux en m’abandonnant. La fin du jeu est marquée au sang sur mon front, un mauvais « game over » lourd à porter. Je suis devenue un animal dépourvu de pattes et je sais que je perdrai à ce jeu qu’est la vie.