LE BLOG EST ACTUELLEMENT EN RÉAMENAGEMENT, IL SERA DISPONIBLE À PARTIR DE septembre. VOIR ICI.

Lire rend heureux, comme ce blog

Bienvenue sur flyhigh, un blog sur l’écriture et la littérature, qui regroupe  des conseils mais aussi des présentations, des interviews exclusifs et des réflexions littéraires. J’y parle de livre et d’écriture, mais aussi de culture LGBT et de féminisme, de blog, d’édition. C’est un lieu d’entraide, un endroit chaleureux et rempli de connaissances.

 

 

 

 

 

TECHNIQUE D’ÉCRITURE  ༄  PRÉPARER  ༄  ÉCRITURE

FAIRE UNE RECHERCHE DOCUMENTAIRE

PAR SARAH  ༄  14/11/2021

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, me voici avec un nouvel article. Aujourd’hui, on parle de « recherches documentaires ». Mon objectif est de te proposer des outils utiles et t’expliquer les étapes d’une bonne recherche, de sorte à ce qu’elle soit claire et concise. Ces recherches s’adressent à tous les supports : roman, histoire, fiction, nouvelle, même un exposé ! 

Alors, pourquoi faire une recherche documentaire ? La réponse tient en quelques mots : « pour ne pas dire n’importe quoi ! ». En effet, tu souhaites écrire un livre, mais tu veux aussi qu’il soit bon, réaliste et concret. Et surtout, tu comptes y insérer des thèmes récurrents. J’entends par-là un sujet qui est connu du public mais sur lequel tout le monde n’est pas forcément éduqué.

POURQUOI FAIRE UNE RECHERCHE DOCUMENTAIRE ?   

Si on prend l’exemple du TDI (le trouble dissociatif de l’identité), tu ne vas pas te mettre à rédiger immédiatement en imaginant des scènes à droite et à gauche en pensant que ça se passe réellement ainsi, n’est-ce-pas ? Premièrement : tu n’es pas concerné toi-même par la maladie, donc tu ne peux savoir ce que cela fait ou ce que c’est que de ressentir les dissociations et les alternances entre alters. Donc, tu seras forcé de faire des recherches, de voir le pourquoi du comment pour comprendre et te permettre d’écrire quelque chose qui ne fera pas défaut aux concernés.

En général, quand on écrit ce type de récit avec un sujet important et assez sensible, on fait appel à un sensitivity reader.

❖Un sensitivity reader est une personne qui a pour travail de vérifier si certains passages d’un récit ne sont pas offensants pour ceux et celles qui seraient concerné par le sujet. C’est une sorte de gage de respect et ça t’évite de commettre des erreurs irréparables.

Prenons, par exemple, le thème du féminisme (je commence à être plutôt bien calé là-dessus !). C’est un sujet récurrent, dont on entend beaucoup parler, notamment ces dernières années. Mais ce que tu connais du féminisme n’est en fait qu’une minuscule bille dans ta main, alors que c’est en réalité une énorme bulle. Le féminisme, ce n’est pas juste le féminisme — l’égalité homme-femme et les agressions sexuelles dans la rue. Non, non, c’est aussi :

⊞  Les droits des femmes, qu’ils soient civils, politiques ou sociaux
⊞  L’oppression
⊞  Les violences conjugales
⊞  Le cyberféminisme
⊞  Le sexisme traditionnel, moderne et le néosexisme
⊞  Le feminism washing

Et bien d’autres encore. Mais ce n’est pas le sujet pour aujourd’hui. Si je te dis tout ça, c’est pour te faire prendre conscience qu’un thème ne se limite pas à quelques termes, et à un mouvement précis. Chaque thème a tout une map d’idées.

Maintenant que l’introduction est bouclée, passons au nerf de l’article : pourquoi faire une recherche documentaire ? Quand on débute dans l’écriture, ce n’est pas l’étape que l’on préfère. Je n’ai jamais fait (ou très rarement) aucunes recherches documentaires jusqu’à il y à trois ans. Et j’écris depuis le collège… Donc ça fait un sacré bout de temps resté dans l’ignorance.

Alors, pourquoi faire une recherche documentaire ?

Parce qu’elle répond à des besoins réels
Tout individu, toi comme moi, à une curiosité naturelle. On ne la contrôle pas quand on grandit et c’est une très bonne chose, parce qu’elle permet à notre insouciance de mûrir. On ne devient pas féministe du jour au lendemain, n’est-ce-pas ? C’est en recherchant des points spécifiques, en construisant ce petit bout de carte, menée par notre simple curiosité, que l’on parvient à une véritable réponse. C’est aussi une quête de connaissance : tout le monde à envie de savoir ce qu’il se passe, surtout quand on est nous-même possiblement relié à ce thème. Et puis, c’est tout simplement une nécessité. Tu dois t’éduquer sur un sujet courant, sinon toi-même, dans ta vie de citoyen, tu rencontreras des débats auxquels tu ne pourras pas participer parce que tu n’auras rien à dire, parce que tu ne pourras pas rencontrer des personnalités qui t’aideront à grandir et à te faire connaître de nouvelles choses.

Parce qu’elle structure
La recherche documentaire, c’est comme apprendre une leçon, sauf qu’elle est menée par ta propre volonté et que le sujet te plait. Donc pas besoin d’apprendre, les informations que tu vas générer à travers tes lectures et tes découvertes s’enregistreront naturellement dans ton cerveau. Le lendemain, tu pourras même lancer le sujet et débattre avec dévouement (c’est comme découvrir que les BTS ont sorti un nouvel album !). Les informations que tu vas cumuler vont permettre à ta conscience et à ton intelligence de trouver une toute nouvelle structuration. Je ne suis pas très bonne à l’école, mais j’ai presque envie de dire que le cerveau se retrouve à « modeler » les informations, de sorte à t’éduquer toi-même sur le sujet. Ainsi, tu pourras discuter de ce même sujet avec des connaissances fortes et des sources sûres. En plus, faire une recherche documentaire, peu importe le sujet ou le thème, te permet d’étendre tes connaissances, et on n’aime en apprendre toujours plus, n’est-ce-pas ?

Parce qu’elle offre de nouvelles connaissances
Sans t’en rendre compte, à force de faire des recherches documentaires, tu vas t’habituer à une nouvelle méthode qui te paraîtra beaucoup plus simple les fois suivantes. C’est comme s’entraîner aux dissertations et aux exposés : à force d’en faire, tu finis par avoir la technique.

La recherche doit servir l’histoire, pas l’inverse
L’objectif est d’examiner la situation de ton roman : quel personnage, quel travail fait-il, dans quelle période ? Cet aperçu général te permettra de définir le cadre de ton histoire et t’aidera à rediriger tes recherches. Bien évidemment, ton objectif n’est pas de faire une thèse là-dessus et d’écrire des pavés de 300 mots ou « expliquer » ni « éduquer » ce que tu as trouvé. N’oublie pas que tu écris un récit, donc ce que tu veux faire parvenir à tes lecteurs doit être raconté. Ton objectif — et pas des moindres — et de transformer tes recherches afin qu’elles ne soient plus des recherches. 

N’oublie pas que tes recherches ne sont que des « outils littéraires ». Elles servent à étoffer ton histoire, mais elles ne sont pas le sujet principal.

COMMENT FAIRE UNE RECHERCHE DOCUMENTAIRE ?

S’organiser
Personnellement, c’est l’étape que je préfère car il s’agit de commencer par s’organiser et donc de faire des listes ou des to-dos. Et ceux qui me connaissent bien savent que J’ADORE faire des listes (et l’organisation en général aussi). 

Quand je dis « faire des listes » c’est surtout pour te conseiller de répartir tes recherches pour ne pas te noyer dans un amas d’informations qui te seront superflus. Tu dois donc préciser tes questions pour être sûr de savoir ou te diriger. Pour ça, c’est super simple, il te suffit de prendre une feuille, de faire un rond au centre et marquer le sujet de tes recherches. Puis tu traces des flèches à côté desquelles tu marques :

⊞  Que sais-je déjà à propos de ce sujet ?
⊞  Qu’est-ce que je voudrais savoir de plus ?
⊞  En ai-je déjà entendu parler ?

DOCUMENTOLOGUE (1)

DOCUMENTOLOGUE (1)

GRATUIT / Téléchargeable et/ou digital

Le DOCUMENTOLOGUE (1) est un outil pour t’aider à mettre de l’ordre dans ce que tu connais déjà d’un sujet et ce que tu dois savoir.

§  Document PDF
§  Taille A4 seulement
§  Existe en plusieurs coloris

Comme tu peux le voir sur la fiche, j’ai tenté un exemple bref (et pas vraiment développé mais c’est simplement pour te montrer l’essentiel). Comme tu peux le voir, grâce au « ce que je voudrais savoir de plus », je sais déjà ce que je dois chercher exactement. Quant au « en ai-je déjà entendu parler », cette partie te sert à montrer les ressources qui se trouvent déjà autour de toi : dans l’exemple, je sais que M6 propose un interview dessus donc je peux m’en servir, puisque j’ai eu autrefois une tour en plastique, si je l’ai toujours, je peux en faire une esquisse brève pour garder en tête les formes et les noms des outils, et je peux toujours demander à assister à un atelier puisque la mairie en propose. Pour le « ce que je sais déjà », c’est simplement pour t’éviter de faire des recherches sur quelque chose que tu connais déjà.

Voilà, plutôt pratique, non ? Cette fiche est totalement gratuite et disponible à la page des ressources. Tu peux l’imprimer dans la version que tu souhaites et l’utiliser pour tes recherches.

Réorganiser
Ensuite, il te faut un support pour noter tout ce que tu trouveras et ensuite encore, les reporter de manière à ce que tes informations soient claires et concises. Parce qu’on connaît tous et toutes la bonne vieille méthode de la prise de note en brouillon pour que ça ne ressemble plus à rien à la fin…

Donc, pour ça, tu peux utiliser un carnet, un cahier, un classeur, une feuille volante — ce que tu veux ; pour reporter toutes tes recherches en vrac. Et seulement après avoir surligner l’essentiel, ce que tu comptes garder ou non, que tu aies trié le tout, tu peux utiliser cette fiche :       

Bien évidemment, la fiche n’est pas à remplir entièrement selon les thèmes. Dans le cas de l’exemple du métier de céramiste-potier, il n’y a pas forcément de « pourquoi ». À l’inverse, si je te parlais de féminisme, tu trouverais un « pourquoi » bien défini.

OU FAIRE UNE RECHERCHE DOCUMENTAIRE ?

C’est souvent la question que l’on se pose le plus, pas seulement quand c’est la première fois. À chaque fois que je me pose devant mon ordinateur pour commencer mes recherches, je me dis ceci :

« Bon, on essaye de se passer de wikipédia qui n’est pas forcément une bonne source ».

C’est là que les débats commencent. Wikipédia est-il vraiment fiable ? Peut-on être sûr de trouver des informations sourcées ? C’est difficile à dire, et ce le sera toujours. Tu peux utiliser Wikipédia, ce n’est pas interdit, mais fais bien attention à vérifier tes dires. Parfois, le site peut dire quelque chose et un autre site dira l’inverse. Donc bon, c’est pas très clair au final… 

Les ressources officielles
En tant qu’étudiante, la première chose que l’on m’a dite à l’université, c’est qu’il y avait énormément de sites fiables pour des recherches d’exceptions. Tous les exposés que j’ai préparé et les recherches que j’ai souvent effectuées sont sur les sites suivants :

  Scholar Google : un site qui donne accès à des travaux universitaires. En général, ce sont des dossiers très fournis et qui présentent un point de vue qui peuvent être intéressant sur le sujet que tu recherches.                        

  Cairn : un site plutôt connu et spécialisé sur les sciences humaines et sociales. L’avantage, c’est que tu peux aussi trouver des revues ou des magazines.        

  Jstor : recense lui aussi des travaux universitaires. Attention, le site est en anglais !

Pour des données de société ou économiques actualisées, différents sites proposent des études très pertinentes : le site de statistique de l’INSEE: www.insee.fr, le site de la banque mondiale : http://www.banquemondiale.org/, ainsi que le site de l’OCDE : oecd.org.    — Scriptor

Les blogs spécialisés
Hé oui, peu importe le thème ou le sujet, de nos jours, on trouve de tout ! Des blogs sur la poterie, le féminisme, les chats, l’infographie… Il y a de tout ! Internet est une véritable mine d’or et, surtout, les blogs sont souvent les sources les plus sûres puisqu’ils sont le plus souvent tenus par des concernés. Un blog sur la poterie sera tenu par un potier — ou un passionné de la poterie ; de là, il saura quoi dire exactement. Plutôt pas mal, non ?       

Le monde réel, évidemment
On sous-estime beaucoup trop le monde hors des écrans. Il est inutile de chercher sur Google des informations sur le métier de céramiste s’il y a une boutique de poterie juste à côté de chez soi. Il faut parfois prendre des risques, se lever un matin et demander à passer la journée avec le potier, ou bien lui poser quelques questions. Il y en a pour qui ça ne dérangera pas — bien au contraire. Utilise donc le monde qui t’entoure pour faire tes recherches ! (Tu repartiras même peut-être avec un souvenir, qui sait ?).

EN CONCLUSION

On arrive à la fin de cet article qui, je l’espère, parviendra à t’aider. Sache que la recherche documentaire est une étape qui fait partie intégrante du processus de la création littéraire. C’est un outil comme un autre, une étape aussi importante que la réécriture, la correction ou la mise en page. Un bon livre contient de bonnes recherches car de bonnes recherches mènent à un récit concret et réaliste. Alors, n’oublie pas : organise d’abord tes idées avec des listes, réordonne les informations entremêlées, utilise les fiches pour t’accompagner dans ton travail, et utilise des sources fiables. Ensuite seulement, lance toi dans la rédaction !

COMMENTAIRES

2 Commentaires

  1. Pitch

    Woaw, le nouveau visuel est super ! Et je reviens après la guerre, mais ta fiche m’a super bien aidée ! J’ai fais toutes les recherches dont j’avais besoin et en deux heures, c’était plié. Peu après, pendant la rédaction, tout était sous mes yeux, c’était super pratique. Merci !

    Réponse
    • Sarah

      Oh je suis trop contente alors !! Je fais des fiches et des articles justement pour ça, trop bien !! xD

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SARAH

Véritable couteau-suisse qui alterne entre de multiples activités, j’ai créer ce blog afin de partager mes découvertes, mes recherches et mes projets. J’espère également faire de belles rencontres 🌻

EN SAVOIR PLUS >>

Abonne toi pour plus d'articles ! Reçois régulièrement la newsletter de flyhigh, c'est-à-dire: des extraits de textes, des exclusivités, etc !

PROJET D’ÉCRITURE : MEMORIES OF WOMEN
2022 — / EN COURS DE 🛠️

PROJET D’ÉCRITURE : THE LIFELESS
2022 — FIN PRÉVUE INCONNUEEN COURS DE 🛠️

nanowrimo planner
imprimable & digital / EN COURS DE 🛠️

PENSER, CONCEVOIR & CRÉER UN BLOG
LITTÉRATURE — EN COURS DE 🛠️

le monde de l’édition
guide géantEN COURS DE 🛠️

C’est ta première visite et tu te sens légèrement perdu ? Pas de soucis, car je t’ai confectionné une carte digne de ce nom pour t’aider à te repérer. Alors suis-moi, clique sur le logo ci-dessous !

La lecture agrandit l’âme,
et un ami éclairé la console.”
— DE VICTOR HUGO

J’aurais dû prier pour ne jamais naître. Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait. Moi, j’ai su que j’avais tiré ma mauvaise carte quand mes parents se sont effondrés sous mes yeux en m’abandonnant. La fin du jeu est marquée au sang sur mon front, un mauvais « game over » lourd à porter. Je suis devenue un animal dépourvu de pattes et je sais que je perdrai à ce jeu qu’est la vie.